Preuves cliniques

  • Dans cette étude randomisée réalisée en double aveugle à groupes parallèles, les critères d’inclusion étaient un score organoleptique ≥ 2 et une concentration de H2S dans l’haleine de plus de 50 ppb.
  • Les participants (n = 219) se sont brossés les dents deux fois par jour pendant deux minutes avec un gel expérimental dents & langue (1400 ppm F- de fluorure d’amines/fluorure d`étain, 0,2 % de lactate de zinc, contre la mauvaise haleine) ou un dentifrice témoin (1400 ppm F- à base de monofluorophosphate de sodium, sans ingrédients contre la mauvaise haleine). Aucun autre moyen d’hygiène bucco-dentaire n’était autorisé. Le matin des résultats, les participants ne se sont pas brossés les dents et n’ont ni bu ni mangé avant les examens.
  • Les composés sulfurés volatils (CSV, contributeurs principaux à la mauvaise haleine) ont été déterminés par un dispositif OralChroma®. Les niveaux de CSV de l’haleine du matin sont évalués aux jours 1, 7, 14 et 21.

Une diminution significative des CSV a été mise en évidence dans les groupes de test et groupes témoins par rapport aux valeurs initiales. De plus, l’application du gel dents et langue expérimental a entraîné une diminution significative des concentrations de CSV par rapport au groupe témoin à tous les moments de mesure.


Un gel-dentifrice pour dents et langue contenant du fluorure d`étain/fluorure d`amines 1400 ppm F-, du lactate de zinc 0,2 % et des inhibiteurs de composés malodorants réduit efficacement les substances malodorantes dans l`air expiré. De plus, l`utilisation de ce gel-dentifrice réduit significativement les concentrations de CSV comparé au dentifrice contrôle pendant toute la durée de l`étude.